Rentrée à rebours

Alors que beaucoup d’entre vous ont repris le chemin de l’école, de la fac ou encore du travail en septembre, ma rentrée n’est pas encore arrivée. En réalité, j’aurais aimé que cela soit le cas, mais on en a décidé autrement. Non, je ne vais pas faire un article mélodramatique et il n’y a pas de quoi. Au contraire, je souhaite poser sur cette page ce qui m’a tenu mouette ces dernières semaines, pour avancer. 

En novembre 2015, il y a presque un an maintenant, j’ai décidé de consacrer mon temps à la préparation d’un concours dans l’espoir de rentrer dans la filière culturelle de la fonction publique. J’avais tout mis en oeuvre pour cela : je me suis inscrite dans une préparation à distance, je planifiais mes journées de travail, j’ai acheté et emprunté de nombreux livres, lu des tonnes de pages et articles internet, et j’ai bien sûr travaillé mes cours et méthodologies. En clair, je me suis investie à 100% dans ce projet.

L’année de ce concours tombait parfaitement. Je finissais mes études et avait une année pour me préparer. C’était donc le moment de tout mettre en oeuvre pour les jours J. Les épreuves arrivées, je me sentais prête, investie de ce pour quoi je m’étais engagée. Prête à en découdre en somme. Pour la première fois de ma vie, j’étais confiante de ce que j’avais rendu. Fière de ce que j’avais posé sur mes copies, contente de me sentir ainsi. Après six années d’études et une année de préparation a douter de mes capacités, à remettre en question chacun de mes rendus, j’étais enfin fière de ce que j’avais produit.

L’été est passé et les résultats sont arrivés : recalée. Cette nouvelle est tombée comme un couperet. Recalée oui, et avec des notes moyennement combatives. Recalée vraiment. Ce fut d’abord un coup de massue. J’étais assommée, sans réaction aucune. Après l’incompréhension est apparue l’incertitude, les questionnements, la déprime. Comment cela est possible alors que pendant ma préparation j’ai eu de bons résultats ? Je me le demande encore. Toutefois c’est bel et bien un fait, ça n’a pas marché. Pour la première fois de ma vie, alors que je crois en moi, je rencontre un échec cuisant. Premier échec, première chute dans le vide.

Je me suis posée beaucoup de questions : Est-ce vraiment la bonne voie ? Est-ce vraiment ce que je veux ? Et si je me réorientais ? Oui mais pour faire quoi ? Je n’ai pas d’autre passion que ce pour quoi je m’obstine depuis le début de mes études. Plein de choses se sont chamboulées dans ma tête sans que je n’ai encore de réponses. Peut-être ne les aurais-je jamais.

Aujourd’hui, j’essaie de reprendre confiance en moi, en ce pourquoi j’ai fait tout ça. Ce n’est pas facile je dois l’avouer. Chaque lieu que je visite m’a l’aire vide de sens, sans intérêt alors qu’il y a trois semaines encore, j’avais bon espoir. Parler de rentrée à rebours est donc pour moi une évidence : je dois me relancer. Pour cela, je vais commencer une mission de service civique en novembre prochain. Un an tout pile après avoir entrepris mon projet de préparation. Je reste dans le domaine pour lequel je m’investis depuis tant d’années. J’espère que cette expérience me redonnera le goût et la force de me battre à nouveau pour cela. En attendant, je vais essayer de profiter au maximum de mon mois d’octobre pour essayer de me ressourcer, encore.

J’ai bon espoir en l’avenir même s’il n’est pas facile et ne fait pas de cadeaux à chaque croisement, malgré de lourds investissements. J’espère retrouver foi en ce que je crois et retrouver foi en moi…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s